Quatuor Manfred
radio
Photo du Quatuor Manfred
Revue de presse
image

Peut-on mieux faire ?

"[...] Avec le Quatuor à cordes en do mineur d’Ernest Chausson, le Quatuor Manfred fait un grand pas vers la fin du XIXe siècle. L’oeuvre est si peu jouée que les spectateurs ont pu se réjouir d’une rareté musicale interprétée au plus haut niveau artistique. [...]

L’excellence de jeu s’est également montrée ici [dans le Quintette de Brahms] : la concordance absolument parfaite, l’intégration fluide de l’instrument à vent dans le groupe de cordes ainsi que le son d’ensemble merveuilleusement détendu et intime. Les deux quintettes avec clarinette de cette soirée font incontestablement partie des plus belles compositions de leur genre – aussi n’aurait-on pas pu mieux les interpréter."

General-Anzeiger
15 juin 2012 – Verena Düren (concert du 13.06.12 au Kanzlerbungalow de Bonn)

Un son éminemment mélodieux

"[...] quelle beauté de jeu des Français mercredi soir, lorsqu’ils opposent les deux perles du répertoire [Quintettes avec clarinette de Mozart et Brahms]

[...] tous les cinq ont pris du temps pour Mozart, ils ont fait briller chaque figure avec beauté, c’était fabuleux."

Bonner Rundschau
15 juin 2012 – H. D. Terschüren (concert du 13.06.12 au Kanzlerbungalow de Bonn)

Emmanuel Haratyk sur Radio Cultures Dijon
Invité de l’émission "100% Musique Classique" animée par Bernhard Schaupp. A réécouter sur Radio Cultures

Radio Cultures Dijon
12 février 2012 – Bernhard Schaupp

Le Quatuor Manfred va fêter vingt-cinq ans de concerts
" La musique Classique ne fait pas fuir le public." Parole de ces quatre là - Marie Béreau, Emmanuel Haratyk, Luigi Vecchioni, Christian Wolff- qui fêteront cette année leurs vingt-cinq ans de carrières ! Après avoir remporté deux concours internationaux en 1989, le Quatuor Manfred ouvre à Dijon la première classe de quatuor à cordes de France. Il s’est lancé dans un défi : jouer l’intégrale des 68 quatuors à cordes de Haydn, ce qui représentera trois années de concerts qui s’achèveront en 2011. Le succès est tel qu’ils préparent, entre autres, une double intégrale Beethoven - Schubert. De quoi tenir jusqu’en 2014...

L’Expansion
n°760 - février 2011 – Spécial Dijon, Les 5 qui réchauffent la vie culturelle

CD Chausson

Donné avec orchestre, le Poème de l’amour et de la mer d’Ernest Chausson (1855-1899) dénote des touffeurs wagnériennes, tandis que sa version avec piano paraît, par contraste, un peu maigrichonne… Aussi, l’idée lumineuse et conciliatrice de la transcrire pour la formation d’un quatuor à cordes et un piano, celle requise par Chausson pour sa Chanson perpétuelle, est-elle particulièrement heureuse – et artistiquement réalisée par Franck Villard.

Renaud Machart
Le Monde - 2 mai 2010

Entre Le Poème et la Chanson, l’unique Quatuor à cordes est particulièrement apprécié.

Franck Mallet
4 étoiles Classica - n°123, juin 2010

L’élan passionné et la sensibilité à fleur de peau sont parfaitement rendus par le caractère intimiste de la formation, et la voix de Salomé Haller possède le timbre sensuel qui convient à cette sorte d’atmosphère un peu décadente.

Joëlle Farenc
Res Musica - 1er juin 2010

QUATUOR MANFRED : le symbolisme en lumière
Un disque où l’émotion suscitée par la voix de Salomé Haller compose avec la tendresse et l’expression du quatuor, pour une composition presque florale, à l’image d’une Pandora du peintre Redon.

Guillaume Labois
Le Bien Public

CD Mozart

Florent Héau est parmi nos clarinettistes l’un des plus naturellement raffinés et poétiques – sans que cette distinction induise le moindre soupçon d’affectation ou de mièvrerie. Le Quintette KV 581 qu’il embrasse aujourd’hui avec le Quatuor Manfred se pare de toutes les séductions de sa sonorité ambrée, de la délicatesse de son legato, de ses nuances piano à fleur de souffle. Avec le sublime Larghetto en ré, le soliste inspiré offre ainsi la quintessence de la mélodie mozartienne. (…) Mozart dialogue avec ses Dieux.

Jean Cabourg
5 Diapasons - juin 2008

Sans que l’un ne supplante l’autre, les musiciens, particulièrement inspirés, se partagent un discours sans chichis, à l’énergie judicieusement canalisée et à l’expressivité admirablement tenue.

Sébastien Foucart
ConcertoNet

[...] le Quatuor Manfred provge ici une recherche stylistique juste, un souffle unique, et une grande subtilité.

Alexandra Diaconu
Res Musica - 12 juillet 2008

CD Bach - Coltrane

Prolongement d’une recherche sur le Jazz et le spirituel qui l’a conduit à New York, le projet du saxophoniste Raphaël Imbert est très audacieux, risqué même : faire dialoguer les musiques de Johann Sebastien Bach et de John Coltrane, en souligner les parentés musicales et spirituelles. (…) Questions de choix artistique, de geste, d’engagement musical, l’alchimie sonore, l’exercice périlleux se révèle être un véritable coup de maître. La réussite est totale, qu’il s’(agisse de l’objet, de la prise de son, du découpage ou, bien sûr, de la musique, tout à fait inattendue, intense, et d’un grand lyrisme. Tout chante, les idées fourmillent. Ici plus que jamais, les musiques en puissance d’éclatement de Bach et Coltrane, souveraines, rayonnent.

Franck Médioni – Mouvement

Raphaël Imbert est l’un des musiciens les plus outrageusement doués de sa génération. (…) Le titre de son nouvel album résume une ambition que certains - pas nous – qualifieront de déraisonnable : « Bach Coltrane ». Soit l’ascension par la face nord des deux plus éminents génies de la musique. (…) Sur ce chemin, l’élégant Raphaël s’est assuré les services de bons sherpas : l’organiste André Rossi et le Quatuor Manfred, poussés avec bienveillance dans leurs derniers retranchements.

Gille Tordjman – Vibrations Musiques &Reportages

L’EVENEMENT JAZZ DU MOIS. La ferveur confère à cet album à haute ambition, une tenue musicale et une rigueur de construction qui manquent trop souvent à ce genre d’entreprise. (…) Ici l’esprit qui souffle est celui qui est commun à l’humanité – qu’elle se recueille sur soi ou en direction du ciel – rendant possible donc nécessaire cette « révélation plus haute que toute sagesse » dont parlait Beethoven à propos de toute la musique.

10 de Classica Repertoire

CD Webern, Schoenberg, Berg

Le Quatuor Manfred restitue remarquablement l’intensité de Berg et la densité de Schoenberg […].

Le Monde

Ce superbe programme et la qualité de la prise de son et les interprétations superlatives du Quatuor Manfred font le reste. Les Manfred possèdent une sonorité ronde, profonde, moelleuse, et très puissante : la beauté plastique et la variété de nuances de leur jeu font immédiatement dresser l’oreille.

Classica-Répertoire

L’option du Quatuor Manfred dans ce programme aussi original qu’intelligent est celle d’une musique de chambre où l’équilibre, la cohésion sont les principaux objectifs. […] Le jeu dépouillé et condensé des Manfred et leur parti pris de clarté structurelle font ressortir ce qui unit ces trois partitions.

Le Monde de la Musique

Ces partitions admirables, témoins précieux d’une époque bouillonnante, sont servies par des interprètes idéaux : le Quatuor Manfred s’épanouit dans ces lignes pures que leur procurent les trois Quatuors.

Crescendo

Un album d’une rare cohérence qui témoigne du bouillonnement artistique d’une époque dorée.

La Gazette Nord-Pas de Calais

L’interprétation colorée des Manfred s’abreuve à la même source vitale, bouillonnante [que le programme].

Télérama